Search
  • Sylvain Lupari

MAX CORBACHO: Horizon Matrix (2019) (FR)

“Horizon Matrix est un album de musique ambiante pure avec une touche sombre”

1 Quantum Cathedrals 28:13 2 Temporal Horizon 14:51 3 Beyond the Light Storm 14:21 4 Into the Ocean of Time 8:07 5 Gravitation Memory 7:38 Silentsun | mc006

(CD-r/DDL 73:15) (V.F.) (Dark ambient music)

Un lointain murmure sonore se lève à l'Ouest. Des prismes miroitent dans sa brise ambiante qui souffle maintenant comme une grosse masse sibylline avec ses mystères ésotériques. Quantum Cathedrals débute HORIZON MATRIX avec une gigantesque onde sonore tricotée de nappes entremêlées qui s'accumulent dans une mosaïque de tonalités et de couleurs contrastantes. Pour aider à adoucir la présence lugubre derrière ce large banc d'éléments d'ambiances méditatives en mouvement, Max Corbacho accroche de subtils fredonnements astraux qui, avec le scintillement des prismes, allument notre intérêt pour ce titanesque mouvement ambiant qui mue à peine à l'intérieur de ses paramètres soniques.

Et le musicien Espagnol continue de souffler le chaud et le froid en laissant à l'auditeur le soin de choisir les essences transcendantales qui se dégagent de cet opaque mouvement ambiant. Peu à peu, nous plongeons dans un univers encore plus ténébreux autour de la onzième minute lorsque que les nappes sonores infiltrent les couloirs d'une grotte sombre. Les brises deviennent caverneuses, mais toujours réconfortantes. L'éclat de prisme tinte toujours, apportant cette nuance méditative des pays d'Asie à ces 28 minutes qui se terminent dans un tourbillon de quiétude. Pas de surprises, ni déceptions, HORIZON MATRIX reste dans la continuité des œuvres de Max Corbacho. Possiblement plus sombre que Nocturnes II, la musique flirte avec ce degré de sagesse qui caractérise l'univers des paysages d’ambiances du synthésiste Espagnol qui a ce don de faire voyager les imaginations entre les frontières du cosmos et de l'ésotérisme. Donc, il n'y a pas de surprises ici, si ce n'est que la délicieuse texture organique qui répond aux ambiances de Into the Ocean of Time. Le reste? De la musique ambiante pure où l'absence de rythmes est compensée par les mutations grégaires d'un troupeau d'ombres sonores qui se déplace avec une lenteur velléitaire, donnant ainsi le temps à Max Corbacho de les peindre avec des couleurs qui changent selon nos perceptions. Plus vibrant et nettement plus agressif dans le choix de sa teinte méditative, Temporal Horizon est un torrent de magma écarlate qui colle à nos tympans. La couleur des ambiances est en constante mutation avec une vision des enfers et une autre plus pastorale, avec un fin parfum d'orgue de messe, qui se chamaillent les 15 minutes de Temporal Horizon. Le combat reste un peu le même dans Beyond the Light Storm qui affiche les plus belles couleurs d'ambiances sibyllines avec des nappes de voix et de synthé aux couleurs plus pastel. Après l'intense marée des vents bourdonnants dans Into the Ocean of Time, Gravitation Memory termine HORIZON MATRIX avec une autre poussée intense de multicouches de brises qui expirent des souffles aussi sombres que translucides. De la poussière de sable érafle ces plaques diaphanes et creuse encore plus le volet initiatique qui anime les ambiances de cet album qui voyagent entre le cosmos et les couleurs de notre imagination.

Sylvain Lupari (31/01/19) *****

SynthSequences.com

Disponible au Max Corbacho Bandcamp

0 views

© 2019 by Alexandre Corbin for Synth&Sequences \ Sylvain (A.K.A. Phaedream) Lupari

  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle